La saga du coton-tige

Le coton-tige est à première vue le plus anodin des objets. Et pourtant nous montrerons dans cet article qu’il est bien plus que cela. Un objet fétiche qui suscite beaucoup de passion, de controverses, mais aussi une créativité et des usages insoupçonnés.

Le coton-tige, présentation :

     Le coton-tige a été inventé en 1923 par un américain d’origine polonaise : Léo Gertenzang. Il décida de créer cet objet après avoir remarqué que sa femme enroulait un morceau de coton sur la pointe d’un cure-dent pour nettoyer l’oreille de leur bébé. Il craignit donc que le cure-dent en bois ne se brise et blesse l’oreille de bébé, ou que le coton ne se détache du bâton et reste logé dans l’oreille. Il décida donc, sur l’idée de sa femme, de concevoir un coton-tige prêt à l’emploi, qui pourrait être utilisé sur les bébés avec moins de risques. Il lui fallu plusieurs années pour résoudre certains problèmes de confection, comme la façon d’obtenir des quantités égales de coton à chaque extrémité de la tige. Il a aussi créé un emballage spécial conçu pour être ouvert d’une seule main pour les parents qui, tenant bébé d’une main, puisse ouvrir la boîte de l’autre.  Plus tard, il donnera à son invention le nom de « Q-tips », qui est une marque déposée appartenant aujourd’hui au groupe Unilever, tout comme son équivalent français « coton-tige ». C’est pourquoi on devrait en principe écrire « coton-tige » avec des majuscules, suivi d’un ®. C’est aussi la raison pour laquelle les concurrents doivent se contenter, en toute simplicité, de l’appellation « bâtonnet ouaté ».

article_532

Pour plus de facilité, je n’utiliserai pas ces précautions, puisque de toute façon, ce mot est largement entré dans le langage courant. Le coton-tige fait ainsi partie de ces objets dont la dénomination courante est en fait le nom d’une marque, ou, dans l’autre sens, de ces marques, qui à force d’être utilisées sont presque devenues des noms communs, comme Sopalin, Kleenex, Bic, Scotch, caddie, frigidaire, Labello, Kalachnikov, Post-it, Stabilo, Tupperware etc…

Comment est fait un coton-tige ?

     La conception d’un coton-tige est simple, comprenant seulement une fine tige enroulée à l’une ou les deux extrémités avec une grappe de coton doux. Cette tige peut être faite de bois, de plastique ou de papier qui a été solidement enroulé. Les coton-tiges destinés à un usage domestique mesurent habituellement autour de 10 cm de longueur, tandis que ceux destinés à des fins médicales (appelés « écouvillons ») mesurent généralement autour de 20 cm. En outre, les bâtonnets ouatés domestiques des ménages ont un bout de coton à leurs deux extrémités, tandis que des écouvillons médicaux (servant par exemple à prélever des échantillons biologiques) ont généralement juste un coton. Pour plus d’explications sur la confection des coton tiges, voici une vidéo très détaillée :

Comment utiliser un coton-tige ?

Comme vous le montre cette vidéo, l’utilisation la plus courante pour le coton-tige est de nettoyer la cire d’oreille (le cérumen) à partir de la partie extérieure du canal auditif. Cette pratique est cependant très décriée, et beaucoup de médecins la découragent. Nous verrons en fin d’article que cet objet peut néanmoins avoir des milliers d’autres utilisations, parfois insoupçonnées.

Les dangers du coton tige : Le coton tige n’est pas votre ami !

     L’insertion d’un coton tige dans l’oreille peut parfois, à l’inverse de l’effet escompté, pousser la cire plus loin dans le conduit auditif, et provoquer des inflammation, des dommages graves, y compris une perforation du tympan, qui peut elle-même causer une perte d’audition, des vertiges, ou une paralysie faciale.
     Une étude menée par l’hôpital Henry Ford montre un lien direct entre l’utilisation du coton-tige et la perforation du tympan, même si, comme le montre l’étude, la rupture peut la plupart du temps se guérir sans intervention chirurgicale en dehors des cas les plus graves.
     Il faut d’ailleurs ajouter que ce fameux cérumen remplit des fonctions importantes : il agit comme un lubrifiant, un moyen de défense contre les corps étrangers, et même un antibiotique naturel. Le cérumen est produit par des glandes dans la partie supérieure du conduit auditif, et agit comme une couche protectrice. Le fait de mastiquer régulièrement et de parler aide la cire d’oreille à migrer vers l’ouverture de l’oreille, entraînant avec elle les cellules mortes, microbes et peaux sur son chemin. Tenter de l’enlever à l’aide de coton tige peut perturber ce processus de nettoyage naturel en poussant plus loin la cire dans l’oreille. C’est seulement l’excédent de cire se trouvant à l’extérieur du canal auditif qu’il faut nettoyer. Il n’est donc pas dangereux de nettoyer la partie externe de l’oreille avec un coton-tige, mais il s’agit en revanche de résister à la tentation de faire de la spéléologie auriculaire. Mais tout cela, le docteur Adam, ORL à Besançon, vous l’expliquera mieux que moi :

Nous retiendrons surtout de cette vidéo qu’il est déconseillé de se servir d’un coton-tige à proximité d’une porte susceptible de s’ouvrir brusquement, et par là même, de vous crever le tympan.

La croisade contre le coton tige ne s’arrête pas à ces recommandation médicales, comme le prouve cet épisode choc de la série Girls (S2, ep.9), dans lequel le personnage d’Hannah, aux prises avec un Trouble Obsessionnel Compulsif, enfonce profondément dans son oreille un coton tige au point de se percer le tympan. Plus tard, la créatrice de la série, Lena Dunham (qui joue aussi le personnage d’Hannah) tweetera : « Si tout ce que j’ai fait sur cette terre est de vous faire peur sur l’usage du Coton tige, alors je mourrai en femme heureuse et utile. »

Les alternatives au coton tige traditionnel :

     Malgré tout, les aficionados du coton-tige (dont je suis) ne doivent pas désespérer. En effet, même pour un objet aussi anodin que le coton-tige, des innovations sont possibles ! Un certain nombre de brevets ont été déposés pour améliorer le fameux bâtonnet ouaté, notamment en le rendant moins dangereux pour nos oreilles. Le groupe Lemoine (principal fabriquant de bâtonnets ouatés en France) propose ainsi le « Safety Stick – bâtonnet sécurité adultes », dont l’embout est 25% plus large qu’un coton tige traditionnel, et composé d’une quantité plus importante de coton, ce qui permet non seulement d’absorber l’eau stagnant dans l’oreille, tout en empêchant le coton de s’enfoncer trop profondément. D’autres cotons-tiges présentent des embouts adaptés et sécurisés, spécialement pour les bébés. Ils se terminent par une grosse boule, plus large que l’entrée de l’oreille et rétrécie à l’extrémité.

bâtonnet bébé
Bâtonnet sécurité Bébé

D’autres brevets en revanche, ne semblent pas avoir trouvé de concrétisation commerciale, comme cette idée brevetée de coton-tige à embout cruciforme ou hélicoïdal, avec des cannelures, également équipé d’un « bouclier » comme moyen de butée empêchant l’embout de rentrer trop loin dans l’oreille. Cf. schéma ci-dessous : 

imgf0001imgf0002

Outre ces innovation concernent l’objet même, il existe d’autres alternatives pour se nettoyer l’oreille :


clean_10– Le gracieusement nommé « cure-oreille », petit objet spécialement destiné à cet effet, dont l’embout est constitué d’une boucle en métal, qui permet de récolter délicatement le cérumen excédentaire. 

bougie4

– La bougie d’oreille (ou chandelle auriculaire), issue d’une pratique ancestrale des indiens Hopi dans l’Arizona, qui consiste à placer dans le conduit auditif un tube de tissu recouvert de cire d’abeille que l’on fait brûler. La combustion de la bougie créerait une aspiration permettant au cerumen et aux bactéries de remonter le long du canal auditif. On prête également à ces bougies des vertus relaxantes. Le tout à condition ne pas craindre de paraître ridicule. 

– L’auriculaire. Ne cherchez pas plus loin l’origine du nom du plus petit doigt de la main. C’est encore la méthode la plus simple et la moins risquée de se gratter l’oreille. Dans certains pays comme au Cambodge, il est même de coutume de se laisser spécialement pousser les ongles à cet effet.

Les « coton-tige addicts » :

     En débit de l’opprobre jeté sur lui, le coton-tige est parfois aussi l’objet d’une véritable addiction, et nombreux sont ceux qui ne peuvent s’en passer. Je veux parler de ceux qui, comme moi, prennent un plaisir certain à se grattouiller l’oreille avec un coton-tige dès qu’une petite démangeaison se fait sentir, et qui se sentent fort dépourvus lorsqu’ils n’en ont pas à leur disposition. Si cela laissera certains perplexes, d’autres comprendront, et se reconnaîtront peut-être. A ceux là je dis : Non, vous n’êtes pas seuls ! La meilleure preuve en est ce topic du forum Hardware.fr (qui l’eût cru ?) sur lequel je suis tombé, qui est entièrement consacré à l’addiction aux coton tiges, et accumule près de 20 pages de témoignage. Nombreux sont ceux qui y avouent avoir une utilisation frénétique et pluriquotidienne du coton-tige. Je vous en conseille vraiment la lecture, car cela vaut le détour, et certains passages sont vraiment drôles, ou dingues. En voici quelques morceaux choisis. Ce ne sont pas forcément les plus amusants (je vous laisse les découvrir), mais les plus révélateurs d’une pratique controversée, qui se vit souvent dans l’intimité du quotidien et ne s’étale pas au grand jour. Mais lorsque le sujet est lancé, les langues se délient, et, petit à petit, la parole se libère.

    De nombreux témoignages font état de la sensation de plaisir, agréable, relaxante que procure le nettoyage de l’oreille avec un coton-tige. Ne l’avez-vous jamais éprouvée ? :

Billyboy78 avoue par exemple être un véritable « toxico du coton-tige ; ça fait un grat-grat super agréable ».
Popopeye : « Tous les jours, c’est un vrai plaisir. » « Je suis sûr que c’est une zone érogène. »
Am7 : « J’avoue que le lavage d’oreilles au coton tige est un petit plaisir dont je ne saurais me priver… »
Hara-kiri : « J’adore me nettoyer les oreilles avec des coton-tiges, je trouve ça trop agréable, en général, je trouve ça tellement bien que suis vachement concentrée, et je deteste qu’on me derange qd je le fais. »
Kotontij (pseudo prédestiné !) : « Le petit plaisir du matin. » « Je susi coton-tige addict pour des raisons hygiéniques et joussives. »
ShadowKnight : « j’adore aussi la sensation de ‘chatouillis qui soulage’ des coton-tiges ».

Certains s’inquiètent même de ce qui ressemble presque à une addiction :

Gamercool : « Je ne peux pas passer une journée sans coton tige, c’est grave docteur ? »
La petite rose noire : « Une fois par jour j’utilise le coton tige pour les oreilles. C’est de venu comme un tic, je ne peux pas m’en débarrasser. »

Beaucoup sont ceux qui n’osent pas toujours en parler et qui se sentent désormais moins seuls :

Adodonicoco : « moi aussi ça me procure du plaisir, c’est con à dire, et j’évite de le crier sur les toits. »
Moggbomber dit avoir un paquet de cotons-tiges près de son clavier en permanence : « J’ai honte, mais c’est tellement bon un petit nettoyage quand ça gratte ! »
Mikaaaaa : « Moi qui croyait être le seul barge à adorer me curer les oreilles, je me sens déjà un peu plus normal (je me les suis curées déjà deux fois aujourd’hui). »
Ernestor : « Moi aussi, je suis rassuré. Je croyais qu’il y avait un tabou sur le cotontigeage d’oreille. Ou que j’étais le seul à trouver cela fort agréable. Car personne n’en parle jamais, il y avait un silence malsain sur le sujet. »

Malgré tout, la plupart sont conscients des dangers, et de l’interdit médical qui pèse sur cette pratique.

Sansgluten : « Je fais aussi partie de ceux pour qui c’est jouissif de se nettoyer les oreilles au coton-tige ! Mais j’essaie de me sevrer parce que je sais que ce n’est pas bon pour les oreilles. »
Dematbreizh : « Je sais que c’est pas bon de s’enfoncer le coton tige ! … Mais c’est dur ! J’me rend compte que je suis accro ! »
Infection dentaire :  « C’est un sport à risque, je me suis déjà fait plusieurs fois très mal en faisant un faux mouvement ou en me cognant avec le coton enfoncé à bloc. Mon frère, qui est atteint du même vice, s’est carrément crevé le tympan, lui. Depuis, j’ai arrêté de ma balader dans la maison avec deux cotons dans les oreilles. »

Au fil de la lecture, ce topic se révèle être un véritable observatoire des pratiques cotontigesques :

Kotontij : « moi je trouve que le meilleur moment c’est après la douche, quand les oreilles sont pleines d’eau, et le conduit auditif émoustillé par la perspective d’un curage salvateur. Là, le coton-tige procure des sensations terribles. »
Flo14 : « Le top c’est quand même le coton-tige humidifié avec de l’eau chaude, et le coton tig sec pour sécher tout ça après. »
Roms51 : « Vous attaquez une oreille après l’autre, ou pas ? Perso je fais les deux simultanément, ça a surpris quelques potes.  »
Crufek : « je me nettoi les oreils 2 par 2. Un coton tige dans chaque oreil et je masse lentemant, j’ai comme l’impression d’avoir des ptites zones hérogènes dans le pavillon. »
Krixoff : « Je suis un fan aussi. Ce que j’aime c’est quand je ‘rotationne’ le coton-tige ca chatouille à l’interieur.
KIKAduKANA : « J’ai du plaisir uniquement en me kotontijant l’oreille droite, ça me fait aucun effet avec la gauche. »
Moggbomber : « Sinon moi j’aime bien aussi me gratter le conduit avec une des branches de mes lunettes. Elles sont assez fines et ça va profond. En plus on peut gratter et « racler » sans tout enfoncer. Mais par contre des fois je vais trop loin et ça me fait genre un « plop » dans l’oreille.
Mariocompiegne : « avez-vous déjà essayé les bouchons de stylos bic et leur petite pointe un peu effilée ? »

D’autres, s’interrogent sur la raison pour laquelle introduire un coton-tige dans l’oreille peut faire tousser :

zzzAGATHEzzz : « Perso, peu importe la position du coton-tige, ça me fait tousser comme une tarée, et impossible de faire autrement. Bizarre quand même… Y’en a-t-il d’autres qui ont ce problème ? »
Yorfdog : « Le matin, quand j’éternuerai en me cotontigeant l’oreille, je me sentirai moins seul. »

Plus rares en revanche se font les détracteurs du coton-tige :

El Awrence : « perso les coton-tige, j’ai toujours détesté, depuis l’époque où c’était ma mère qui me le faisait, et elle enfonçait le coton-tige bien trop loin, ça me faisait super mal, alors depuis j’évite de me servir de cet instrument de torture, et je ne m’en porte pas plus mal. »

Et, au détour d’un post, la question qui tue :

Am7 : « D’ailleurs c’est bizarre ça… Les bestioles se nettoient pas les oreilles, pourquoi nous on est obligés ? »

Et une blague que je ne peux passer sous silence sur un billet consacré au coton-tige : Quelle est la puissance d’un coton-tige ? »
– Deux ouates !

Pour finir, je souscrit à la proposition de Garfield de créer la FFACT (Fédération Française des Amateurs de Coton Tiges).  

Les multiples usages du coton-tige :

     Comme on l’a vu, l’utilisation principale du coton-tige consistant à se curer l’oreille est très controversée, et largement déconseillée par les médecins. Mais, outre la vigueur d’une communauté d’addicts à cette pratique, les vendeurs de cotons-tiges ont de beaux jours devant eux. En effet, le coton tige, par ces caractéristiques, est un élément très polyvalent, et vous seriez surpris de la quantité de choses qu’il est possible de faire à l’aide de cet objet si simple. En voici quelques exemples :

  • Applicateur de maquillage, mais également pour les retouches (disgracieux surplus de rouge à lèvre ou de vernis à ongle) et démaquillant, pour atteindre les contours les plus minuscules de votre visage.
  • Décoincer une fermeture éclair : Si votre fermeture éclair est bloquée, graissez la zone avec un coton-tige trempé dans de l’huile d’olive.
  • Nettoyer les interstices les plus divers : claviers d’ordinateurs, appareils électorniques, filtre des machines à laver,…
  • Appliquer de la colle sur des petits objets
  • Nettoyer les petites plaies, avec de l’alcool pharmaceutique.
  • Réaliser un stylet pour i-phone.

Les différents usages de cet objets vous ouvrent un monde de possibilités ! Mais les plus intéressantes sont à suivre : 

Tout d’abord, le coton-tige se révèle un partenaire idéal de tous les amateurs de travaux manuels, comme par exemple pour la réalisation de cet astucieux bricolage de Noël :

Les plus espiègles auront à cœur de confectionner « l’arcoton », qui comme son nom l’indique, est un arc fait en coton-tige. Oui oui.

Certains sont même capables, au moyen d’un simple coton-tige de réaliser d’impressionnants tours de magie :

On ne se doute pas toujours de l’inspiration artistique que peut susciter le coton-tige (outre la peinture). Et pourtant…

Mais la propriété la plus étonnante du coton-tige, et sans doute la plus utile de toute scelles qui ont été évoquées dans cet article est sans aucun doute celle qui consiste à réussir à faire taire un bébé.

 

Voilà qui conclut en beauté cette longue digression sur un petit objet qui à première vue n’en méritait pas tant, mais qui se révèle plein de surprise.

MàJ 2017 : la fin du coton-tige ? 

     Stupeur dans les rangs des cotons tige addicts. En effet, à compter du 1er janvier 2020, les bâtonnets ouatés que nous connaissons disparaîtront définitivement des rayons, et devront être fabriqués en papier biodégradable et compostable. Une décision prise par le Parlement dans le cadre de la loi Biodiversité adoptée le 20 juillet, précise Le Parisien

Le glas a sonné. Le coton-tige tel qu’on le connait vit-il ses dernières années ? Les addicts du nettoyage d’oreille devront se replier sur des produits moins polluants. Ou bien s’exiler au Japon, ou le nettoyage d’oreille a ses maisons closes, dernier refuge pour un plaisir tabou… et ambigu :

 

 

Références :

Pour aller plus loin :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s